Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > > http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/26/2185309-m-gueday-est-un-manipulateur-ne.html

http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/26/2185309-m-gueday-est-un-manipulateur-ne.html

Le 26 septembre 2015
http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/26/2185309-m-gueday-est-un-manipulateur-ne.html

Directrice de la formation d'octobre 2014 à avril 2015 pour MG Call, Jihane Benslimane témoigne sur les pratiques fort douteuses de son P-DG Mohamed Gueday.

Résidente marocaine, Jihane Benslimane a été recrutée pour mettre en place le dispositif de formation du centre d'appels MG Call au sein de la société IRC (Institut relation client). Elle a répondu à une offre d'emploi pour un poste au Maroc mais elle s'est retrouvée salariée d'une société basée en France, en l'occurrence à Tarbes.

Une victime comme les autres

Comme les autres salariés, cette jeune femme est une «victime» de M. Gueday.

«J'ai travaillé sur le dispositif de formation durant plusieurs semaines. Au départ, le projet était plausible. La stratégie consistait à s'adapter de manière humaine et naturelle à chaque client, au contraire des autres centres d'appels où les téléopérateurs lisent un script avec argumentaire rédigé à l'avance. Mais une fois que le dispositif a été lancé, ce monsieur n'a pas voulu me signer de contrat de travail. J'ai cru au projet malgré le fait que j'avais beaucoup de doutes. Créer un organisme de formation avec un capital de 500 €, ce n'est pas très sérieux. Quand je demandais s'il avait un client, il ne voulait pas me donner son nom et quand je lui en proposais un, il me répondait qu'il n'en avait pas besoin puisqu'il en avait déjà un. M. Gueday est un manipulateur -né, un extraverti qui joue sur le cloisonnement des informations et se réfugie derrière le secret des affaires.

En ma présence, il a menti à la direction départementale du travail en lui assurant qu'il avait montré le contrat aux diverses administrations et que celles-ci avaient signé une charte de confidentialité. Il a fait du chantage à l'emploi au Grand Tarbes pour que ce dernier réalise les travaux. Dès la fin de ma collaboration, en mai, j'ai contacté les diverses administrations pour leur dire que je n'avais pas confiance en ce monsieur. C'est à partir de ce moment-là qu'elles ont commencé à se méfier de lui.

Pour autant, je me demande toujours comment un porteur de projet a pu réussir à obtenir toutes ces aides, sans garantie, ni contrat.»

Un coût

Personnellement, Jihane Benslimane avoue que cette mauvaise expérience «lui a beaucoup coûté sur le plan nerveux, privé et financier. Il me faisait toujours des promesses mirobolantes. Comme il ne me versait jamais la totalité de ce qu'il me devait, j'étais contraint de poursuivre mon activité, même si cela me coûtait beaucoup. Il me disait que je devais voir sur le long terme plutôt que sur le court terme. Mais je lui répondais que je devais payer mes factures à court terme. C'est un procrastinateur qui repousse toujours au lendemain les choses les plus importantes. Il m'a imposé une colocation avec lui dans son logement OPH à Bordères. Je n'avais même pas le droit de téléphoner car il se méfiait beaucoup de moi.

Voyant que la menace ne fonctionnait pas avec moi, il a ensuite essayé de jouer sur le registre de la séduction. C'est là que j'ai mis fin à notre collaboration».

Son avocate, Me Amele Bentahar, a engagé deux procédures. Elle va déposer plainte auprès du procureur de la République de Tarbes pour travail dissimulé à l'encontre des deux sociétés MG Call et IRC et de M. Gueday et va saisir le conseil de prud'hommes.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes :